Les abandonnés: l’histoire de l’album (1ere partie)

Pour parler de l’album les abandonnés, il faut parler un peu du travail qui a précédé les abandonnés.

Entre 2002 et 2004 j’ai enregistré 4 albums. Deux sous le nom de groupe Thanks Sean et deux sous le nom de Boomerang. Ces albums étaient plutôt expérimentaux; les Thanks Sean tentaient une expérience minimaliste en anglais autour d’une guitare et de deux voix, l’une féminine, l’autre masculine; et les Boomerang était un travail de programmation autour d’un appareil sequencer (le SY-55) avec toutes les limites que ça implique (tout était fait sur le SY)… Ces expériences m’ont enrichi, mais m’ont surtout donné l’envie d’aller plus loin, de travailler plus « professionnellement »…  Je me suis donc remis au travail, avec la ferme intention d’oser un prochain album plus ambitieux et plus accompli…. Nous sommes en 2005 et Raphael vient de sortir Caravane, dans la lignée (musicalement parlant, pour les paroles c’est autre chose) de « Le vent nous portera » de Noir Désir… L’ambiance acoustique est omniprésente dans la chanson française, Eldorado de Stéphan Eicher en 2007 et le triple album de Saez (Varsovie, L’Alhambra, Paris) en 2008 viendront d’ailleurs confirmer cette tendance… Influencé par ces artistes, je me dis que je pourrais continuer le travail commencé avec Thanks Sean et réaliser un album acoustique, mais en français et cette fois-ci sans me limiter à la guitare au niveau des arrangements… J’écris quelques morceaux et j’en parle à Marc Champod d’Alzac studio, que je connais bien et qui me connait bien, puisque nous avons toujours travaillé ensemble sur tous mes projets musicaux… Je lui dis donc que j’écris un album acoustique et lui demande de le coproduire, dans l’idée de pouvoir prendre le temps de travailler correctement en studio… Je lui demande également de co-arranger l’album avec moi… Marc accepte avec enthousiasme, à une condition: « je ne pourrai le faire que quand j’ai du temps »  me dit-il alors… Nous sommes en début 2006…

                     Puis le temps passe.

L’erreur que nous avons commises a été de croire que Marc aurait un jour du temps!… En tant qu’indépendant, il se devait d’honorer ses contrats, qui bien souvent surchargeaient à eux seuls toutes ses semaines… Et nous n’arrivions jamais à nous voir assez régulièrement pour faire avancer le projet, malgré toute la bonne volonté du monde… Or, plus le temps passait, plus le projet se transformait dans ma tête… Il avait évolué vers quelque chose de plus ambitieux et….de plus expérimental….moi qui avais décidé d’en finir avec les expériences…. L’envie m’était venu de combiner du rock-brute-et-brutal-aux-guitares-saturées-et-violentes avec la douceur de l’acoustique « pur et dur » au sein des mêmes chansons… Que ce soit la rencontre de deux mondes, en somme, l’un plutôt feutré, l’autre plutôt rugueux… Non seulement je voulais qu’ils se rencontrent mais aussi qu’ils se mélangent…C’est à dire qu’on entende comme deux couches de musiques différentes sur un même passage, qu’on reconnaisse au même endroit à la fois un arrangement acoustique et à la fois un arrangement « rock »… Un métissage, quoi…. Il me semble que c’est comme ça que la musique se réinvente de nos jours… Avec des mélanges de style, quand le rock rencontre le hip hop par exemple… ou le tango l’électro, etc…. Moi je voulais que l’acoustique rencontre l’électrique…. Marc ne comprend pas tout de suite où je veux en venir et a un peu de peine à me suivre dans cette nouvelle direction… il ne reconnaît pas le projet pour lequel il s’était engagé en tant que co-arrangeur… Nous faisons quelques essais infructueux d’arrangements ensemble, qui nous laissent à tous les deux un peu de frustration: nous ne parlions plus tout à fait le même langage…. Le temps continue à passer, selon son habitude… Les morceaux sont prêts depuis un certain temps et attendent d’être arrangés…. Et ça bloque toujours à ce niveau-là… Au début 2008, je commence à être impatient et décide de changer de stratégie avec l’accord de Marc:  J’arrange seul les morceaux et Marc reste impliqué en tant que coproducteur uniquement…. Pour être sûr que le projet démarre enfin, nous réservons ensemble deux semaines de studio fin juillet, début août 2008… Je suis soulagé, le projet va enfin se réaliser… Il me reste toutefois à choisir définitivement les morceaux, j’en retiens 9…. 9 morceaux qu’il faut maintenant arranger d’ici à juillet… Je me mets au boulot et travaille avec acharnement sur le tout… Avec l’aide précieuse de Marc, je trouve deux musiciens professionnels: Patrick Dufresne et Fabien Sevilla, respectivement pour la batterie et la basse (/contrebasse)…. La date fatidique approche, les morceaux sont prêts, les musiciens sont engagés…. Les ennuis vont pouvoir commencer….

Filed under: les histoires de Étiquettes : , ,  |  Publié le 18/02/11  |  Aucun commentaire  |  Ajouter à Facebook

Pas de commentaire »

No comments yet.

Leave a comment :

Spam protection by WP Captcha-Free